"Le chef de rang désenchanté" de James Barbier

  • Broché: 278 pages

  • Editeur : Verone éditions (3 mai 2018)

Résumé:

Employé consciencieux, Jason Martel aspire depuis longtemps à évoluer professionnellement au sein de son entreprise. Mais malgré ses efforts constants, aucune opportunité à l’horizon. Tout est gelé, pour tout le monde. Jusqu’au jour où son chef de service finit par lui annoncer que des évolutions auront lieu… et qu’il n’en bénéficiera pas. Jason le prend mal. Très mal. C’est le début d’une longue descente aux enfers, faite de confrontations permanentes avec sa hiérarchie, d’affrontements incessants où la tension atteint son paroxysme. Désenchantement, désillusion, humiliation, déception… Jason va tout connaître. Et se faire miner par sa haine envers ses responsables. En sortira-t-il indemne ?


Mon avis: Tout au début du roman, l'auteur me présente Jason Martel 22 ans, chef de rang depuis 3 ans à l'hôtel Prinsoria. Il espère être bientôt "assistant maître d'hôtel". Il vît seul, pour seul compagnie "un cochon d'inde". Dans sa profession, il aime être là pour les autres (ses clients) rendre service, répondre aux attentes. Les seuls points négatifs dans son métier sont les horaires pas toujours facile, certains clients pas toujours respectueux et le salaire ne correspond pas vraiment. Mais il lui reste tout de même l'amour du métier, monter en grade il y croît encore plus lorsque Tom le commis de cuisine lui parle d'une rumeur, une évolution dans l'établissement en Septembre. Jason est une personne assez solitaire, confiant en lui-même, mais pas envers les autres, il vit pour lui. Un peu, beaucoup maniaque il aime le travail soigné, l'ordre, le calme et la discipline. Pourtant, l'ambiance de son travail est un peu à l'opposé, peut-être croit-il tout changer lorsqu'il sera aspirant maître d'hôtel? Avec ce rêve dans la tête, Jason vit au jour le jour, attend la proposition qui pourrait le satisfaire intérieurement. Malheureusement rien ne va se passer comme il aurait voulu. Bien au contraire, il va perdre le lien qui l'unit à ses autres collègues et l'amour pour son travail. L'auteur nous raconte son état d'esprit, ses humeurs, avec quelques phrases à la première personne qui nous livre l'avis, la pensée de Jason. La lecture m'a beaucoup plu, entre interrogations et remise en cause, chacun peut être amené à vivre une situation dans ce genre (se sentir trahi, mis de côté, exclu dans son travail).

On repense alors à nos envies, sont-elles vraiment possibles? Le chemin est-il le bon?

Les personnages hypocrites ou attentionnés existent , je pense que cette histoire même si Jason est quelqu'un de solitaire, vivant dans son monde à lui et assez négatif, peut arriver à n'importe qui.

Qui n'a pas déjà rencontré des personnes qui s'allient parfois en un petit groupe pour vous mettre de côté? Cette lecture permet de se poser la question : où cela peut il nous mener?

Je pensais déjà deviner la fin du livre, non l'auteur ne m'a pas donné la fin que je supposais et pourtant ça m'a agréablement surprise. C'est un très bon point pour James Barbier.

Le petit - les quelques petites répétitions pendant le livre mais cela accentue le personnage de Jason..


Ma note: 4/5

Pour se procurer le livre c'est ici ou ici


Qui est l'auteur ?


James Barbier a 27 ans, "Le chef de rang désenchanté" est son premier roman.










Mes questions à l'auteur :


Quand avez vous commencé ce roman?

L'idée de base du chef de rang désenchanté m'est venue pour la première fois début 2015, mais m'étant déjà engagé dans un autre projet littéraire, je n'ai pu m'en occuper sérieusement que quasiment un an plus tard, vers février 2016. Et vu que je prends toujours une grande quantité de notes avant de me lancer dans un projet de roman (j'aime savoir où je vais), tout ne s'est pas fait du jour au lendemain.

Combien de temps lui avez vous consacré?

En mai 2017, après pléiades de relectures et de corrections, j'envoyais "le chef de rang désenchanté" à des éditeurs. On peut donc dire que j'ai consacré environ 15 mois sur ce livre.

Une anecdote sur ce roman?

Etant donné que je suis issu moi-même du milieu de l'hôtellerie-restauration, que j'ai travaillé en salle, au service, j'ai situé l'action du roman dans un hôtel restaurant.

Avez vous un regret pour ce roman?

J'ai souvent entendu qu'il valait mieux faire court pour un premier roman. Donc j'ai peut-être eu tendance à ne pas intégrer des éléments supplémentaires dans l'histoire. Fondamentalement ces éléments ne manquaient pas vraiment, mais ils auraient été complémentaires.

Quels sont vos projets?

J'écris le premier tome d'une saga, pour laquelle j'ai fait des plans pour six tomes. J'ai aussi plusieurs projets de romans à côté sur lesquels j'ai pris une bonne quantité de notes. Autant dire que j'ai du pain sur la planche.

Merci à l'auteur d'avoir répondu à mes questions .


Service Presse Auteur


66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout