"L' Arménien" de Carl Pineau

  • Broché: 330 pages

  • Editeur : Librinova (12 juin 2017)

Résumé: Nantes, 22 décembre 1989. Le cadavre de Luc Kazian, dit l'Arménien, est retrouvé en forêt de Touffou. Deux balles dans la peau, et partiellement calciné. Assassiné. Mais par qui ? Et qui était vraiment l'Arménien ? Un trafiquant de cocaïne notoire, comme le pense l'inspecteur Greg Brandt ? Un copain de virées avec qui écumer les bars et draguer les filles, comme le voit Bertrand, son premier et peut-être unique ami ? Un jeune orphelin perturbé, mais à l'esprit vif et éveillé, comme le pense Françoise de Juignain, sa psychiatre depuis 20 ans ? Rien de tout cela, bien plus encore ? De la place Graslin au Château des ducs de Bretagne, des ruelles pavées du quartier Bouffay aux bars à hôtesses du quai de la Fosse, des pavillons de Rezé aux immeubles de Bellevue, Carl Pineau fait revivre dans ce thriller noir toute l'ambiance du Nantes des années 80.


Mon Avis : Au début du livre figure un article de Ouest France datant du 22 Décembre 1989 à Nantes m' informe de la découverte d'un cadavre. Un homme de 25 ans dit "L'arménien" retrouvé dans une forêt. Cet homme connut du milieu Nantais (trafic de drogue), la piste du meurtrier se dirige alors vers un règlement de compte. Voilà tout est dit, cet homme est mort, l'auteur va sûrement m'emmener dans l'enquête. Pourtant au fil des pages, avec les personnages de Bertrand, Saïda, Diane et Françoise je découvre la vie de Luc Kazian. Digne d'un film qui nous replonge dans les années 80, l'ambiance est très bien décrite, les hommes un peu baroudeurs, un monde où tout se régler à coups de poings parce que c'était ça la loi de la rue avant "T'en prenais une, t'y revenais pas".

Les actualités de l'époque racontées me plonge encore plus dans l'histoire. Ce roman est raconté à la fois par Bertrand un coiffeur "Meilleur Ami de Luc" et Françoise "Sa psychiatre".

J'ai été complètement absorbée par cette atmosphère entre deux amis "Luc et Bertrand" une amitié sincère où chacun peut compter sur l'autre, on se partage tout "Vraiment tout".

Et puis le rapport de la psychiatre avec son souvenir de cet enfant dont elle a essayé de l'aider à se rappeler son passé afin de pouvoir avancer vers l'avenir. Je découvre "Luc" un peu du genre "Je m'occupe de tout" et "Je gère" au côté d'un Bertrand complètement incapable de se prendre en main, immature pourtant plus âgé que son ami. L'auteur me balade, j'aime l'ambiance du livre, les soirées arrosées, les castagnes de fins de soirée. Tout ce passé sur les uns et les autres, des vies qui se rencontrent grâce à un seul homme "Luc Kazian" Qui est-il? Je le découvre au fil des pages, mais est-ce que je saurais vraiment qui il était? La fin a été complètement géniale ! Secrets dévoilés, personnalités mise à nu, Merci Carl Lapineau pour cette lecture, non! on n'a pas finit avec cette époque, vous nous y replongez grâce à votre écriture et ça fait du bien !

Si vous aimez le genre policier, n'hésitez pas à vous plonger dans ce roman.


Ma note: 5/5

Pour se procurer le livre c'est ici

Le site de l'Auteur c'est ici


Qui est l'auteur ?


Né en 1966 à Nantes, Carl Pineau commence très tôt à fréquenter la vie nocturne de la ville. Il est encore très jeune lorsqu'une discothèque l’embauche pour animer les soirées. Les lieux cultes nantais deviennent pour lui un univers familier. À 21 ans, il quitte le monde de la nuit et reprend des études en commerce internationale, puis en Marketing. Nantes est sa ville de cœur. Pourtant, en 2009, avec sa femme et ses deux enfants, il décide d'aller voir le monde pour réaliser son rêve d’enfant: écrire. La famille se fixe d’abord au Québec, où Carl suit les cours de création littéraire de l’université de Laval et entame L’Arménien. Depuis 2015, la tribu habite en Thaïlande, où Carl continue d’écrire. Le Sicilien, second thriller de la série Nuits Nantaises paraitra en 2018. Malecón, thriller politico-financier situé entre Paris et Cuba, sortira en 2019.


Mes questions à l'auteur :


Quand avez-vous commencé ce roman?

J’ai entamé la rédaction de l’Arménien en 2010, au Québec, dans la cadre de ma formation en création littéraire à l’université Laval. Pour un des modules, nous devions produire deux mille mots par semaine. J’ai rédigé le premier jet entier du roman en trois mois ! L’histoire sortait de moi comme s’il elle avait toujours été là.

Combien de temps lui avez-vous consacré?

Après avoir rédigé ce premier jet, j’ai laissé reposer le roman plusieurs fois, m’y remettant par périodes de trois à quatre mois. Le plus gros travail a consisté à éloigner les deux voix narratives, rendre la psychiatre un peu plus analytique, enfoncer le langage de Bertrand vers un ‘slang’ de voyou correspondant aux années 80s’, et puis créer des rebondissements qui mènent le lecteur vers la surprise finale. C’est finalement cinq années de travail et de maturation pour aboutir à une version qui m’est apparue « livrable aux lecteurs.»

Une anecdote sur ce roman?

Le roman part d’un fait divers du meurtre d’un jeune qui m’avait marqué, dans les années 80s’, alors que je travaillais dans une discothèque de Nantes. L’Arménien repose ensuite sur ma connaissance des Nuits Nantaises. C’est le vent de liberté qui a soufflé dans les années 80s’ que je voulais faire revivre. Après avoir imaginé les narrateurs, je les ai laissés évoluer presque en dehors de ma volonté, au point que la fin n’est pas celle que j’avais envisagée. Et je crois que c’est pour cette raison qu’elle surprend autant le lecteur.

Avez-vous un regret pour ce roman?

Un regret, non, mais beaucoup de remerciements. Merci à tous ceux qui ont lu l’Arménien. Merci pour vos retours de lecture. Merci à tous les chroniqueurs, merci à ceux qui lui ont accordé « le Prix Auteurs Inconnus ». Merci pour ces rencontres et les magnifiques partages. Grâce à vous, écrire ce roman est une des plus belles aventures de ma vie.

Quels sont vos projets?

Depuis six mois, j’ai terminé le Sicilien, l’opus 2 des Nuits Nantaises, qui démarre dans les années 90. Je raconte cette fois l’histoire à travers la voix au « Je » du principal suspect du meurtre sordide d’une jeune Albanaise. On y retrouvera l’inspecteur Brandt. Je travaille désormais sur l’opus 3, années 2000, j’y donne la parole à Greg Brandt. Je souhaite écrire une trilogie des Nuits Nantaises. Trois intrigues autonomes qui dérouleront une photo de notre société et de la délinquance sur les décennies 80, 90 et 2000. J’achève aussi la reprise de Malecón, un thriller politico-financier situé entre Paris et Cuba, sur fond du scandale Panama Papers.


Merci à l'auteur d'avoir répondu à mes questions.

Service Presse Simplement Pro

45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout