Juste une balle perdue de Joseph D'Anvers

"Plumer et posséder son existence"


J'ai découvert Joseph D'Anvers lors de la préparation du salon du livre virtuel pendant le confinement. J''étais très curieuse de découvrir un écrivain qui parle de Bad boys et d'histoire d'amour.


Résumé : Roman veut devenir boxeur. Il se rêve déjà professionnel lorsqu'il intègre une prestigieuse académie qui fera de lui un champion. Un soir, il rencontre Ana, une jeune fille qui va changer sa vie. Entre drogues, sexe, alcool, amour et délinquance, ces deux écorchés vont s'offrir une parenthèse enchantée. Mais tout tourne très vite au cauchemar. Comme s'il était impossible d'échapper à son destin. Juste une balle perdue raconte cette saison entre paradis et enfer. (Source : Site éditeur)


Mon avis : Dans les premières pages du livre, je découvre Roman. C'est lui, qui va s'exprimer à travers les chapitres. Son monde, c'est la boxe et les soirées. Se sentir invincible, être un autre : C'est la motivation de Roman. Puis, il rencontre lors d'une soirée : Ana. Joseph D'Anvers expose dans une écriture assurée : Des phrases courtes, débordantes de sensations, de maturité et d'émotions. Il alterne le présent et le passé de Roman. Où va le futur ? Personne ne le sait vraiment. On fait des plans, on fait des choix. Est-ce le bon ? Roman se pose-t-il vraiment la question ? La vie lui est offerte, l'âme vagabonde se transforme en un ange. Voler de ses propres ailes ? Pour cela, faut-il encore savoir où aller et quoi faire.


"Mieux valait partir maintenant, quitter la fête alors qu’elle battait encore son plein. J’avais vécu vite et mal, il me fallait mourir jeune et avec panache. J’avais le pouvoir d’être pour la première fois maître de mon destin. On me pleurerait, me regretterait, on se souviendrait de moi longtemps, on se demanderait ce qui m’avait amené là. Je resterais à jamais l’éternel espoir, le visage d’une belle jeunesse, l’insoumis magnifique."



Le Bad Boy selon l'auteur, c'est un mec qui ne détient rien mais qui retient tout : L'amour, l'adrénaline, le danger ou la tranquillité. Il saigne le bad boy, il a des cicatrices mal refermées et pourtant il est plus enclin à se porter vers l'autre. Pas de solitaire à l'horizon, Roman se conjugue à "Je", "Nous" et "Elle". Un ange représente-t-il l'être qui s'envole ou celui qui n'est plus présent dans un monde aussi merveilleux et pourtant tout autant cruel ?

Veiller ? On songe à préserver l'autre mais de quelle manière : Agir ou se remettre au destin ? Il y a certainement dans ce monde et dans notre imaginaire une réponse que l'on a attendu, un signe que l'on n'a pas vu dans le tourbillon de la vie.

Le paradis, c'est pour qui et ça ressemble à quoi ?

Soit à un endroit superbe, soit à une odeur agréable, soit à une chanson douce ou peut être à un rêve que l'on a fait.


"Je n’ai pas pleuré.

Je n’ai pas crié.

Je n’ai rien fait.

J’étais K.-O.

J’ai serré Ana fort contre moi. Elle sentait bon.

Les premières têtes sont apparues aux fenêtres qui s’allumaient une à une.

J’ai pris sa main, l’ai baisée, puis posée contre son cœur.

J’ai murmuré quelques mots à son oreille.

Je n’éprouvais rien.

Je ne comprenais rien.

Je n’étais plus rien.

Tout ça n’était pas réel.

Tout ça n’était pas réel.

Je me suis vu me lever et empoigner les sacs.

Je flottais.

J’ai regardé Ana.

Je m’en suis allé.

Je glissais au-dessus de l’asphalte.

Je marchais à côté de moi.

Je me sentais invisible, hors la vie.

J’étais un fantôme, hors le temps.

J’étais dans une autre histoire.

Rendez-moi la mienne.

Rendez-moi l’insouciance.

Rendez-moi Ana.

J’ai débarqué sur le port en titubant.

Et la peine est arrivée.

Et les larmes ont suivi.

Mon cœur s’est vidé.

Mon corps m’a lâché."


Ma conclusion : Un livre qui m' a emporté. Le voyage stagnait parfois mais les bonds du présent vers le passé étaient enrichissants. L'amour raconté par un homme : ça bouge et c'est pudique, ça bouleverse et ça macère dans l'époque. Le Bad Boy au masculin : C'est le héros perdu que l'on ne convoite pas mais que l'on affectionne.



Ma note : 4/5


Pour se procurer le livre c'est ici ou ici (sur le site de l'éditeur)

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout