Couple de Françoise Duesberg

Des rencontres se font sur les réseaux sociaux. Françoise Duesberg est belge. Depuis juillet 2020, j'habite Bruxelles et pour le coup, curieuse d'y découvrir de nouveaux auteurs. Il aura fallu juste un post et une sortie en librairie pour détenir "Couple" et m'immerger dans le passé.


Mon avis : Eté 2018. Ecrire l'histoire de ses parents. L'un après l'autre ont disparus. Ils ont quitté le monde. Françoise Duesberg tente alors de les retrouver, décortiquer le passé afin de sentir ses parents au présent.

Accompagner, accepter la mort. Respecter, aimer l'autre.


"-Voilà, c'est fini. (...)

Sa voix tremblait à peine. Peut-être seulement un peu plus sourde, un peu rauque, comme quand il commençait une angine et disait, "J'ai la gorge serrée."


Freddy et Jacqueline sont deux étudiants qui se rencontrent au début des années quarante. La guerre les sépare mais pas l'écriture. Quelquefois il est plus facile de glisser les mots sur une feuille de papier. Et pourtant, en 1945, un premier repas nourrit l'amour qui s'éparpillait dans une correspondance. Françoise Duesberg écrit le passé avec une intonation d'avenir, même de présent. Je ressens une fille curieuse de l'histoire de ses parents et surtout admirative. Entrevoir ses parents autrement : une femme et un homme qui s'aiment.

Puis, il y a les souvenirs d'enfance. L'auteure raconte la jeunesse : celle de Jacqueline sa mère, Freddy son père et une petite touche, entre deux temps, de la sienne.

Son passé, c'est une écriture en italique avec ses impressions ou son émotion dans une situation similaire à celle de son père ou de sa mère dans les pages d'une autre époque.


La fuite : Elle est physique et/ou mentale pour l'écrivaine. Ses parents défendent la beauté du regard et de son environnement présent. Après qui ou quoi cours-tu Françoise ? Avec ton père qui s'évade mentalement grâce à la radio pendant la guerre. Avec ta mère qui cavale sur son vélo pour rattraper la vie comme elle vient.

Tu as leur jeunesse dans le sang.


Exprimer le premier jour, le premier geste, le premier regard puis le premier enfant.

Partage de lettres et de quelques photos :


"Je suis rongé d'inquiétude et dévoré de doutes. Il ne doit plus rester grand-chose de moi."


Ecrire l'amour : celui de deux âmes qui se trouvent et le regard d'une enfant sur ses parents.

Il est déchiré par les séparations.

Il est en manque d'expression.

Il est unique et inaltérable.

Françoise est une troisième personne. La petite "Bouzou" est aimée et elle aime, elle aussi.

L'amour d'une famille ?

Le partage des uns et des autres.

Les routes qui se croisent et se rejoignent.

L'auteure imagine et entraîne le lecteur dans un précipice de questions :

Connaissons-nous vraiment la vie de nos parents ?

Notre enfance ?

Leur époque et notre époque ?


Ne disons-nous pas que c' était bien mieux avant ?

Le passé se rappelle puis se réfléchit.

Que retenir ? Qu'avons-nous appris ?


La famille de Françoise est une famille de félins selon elle. J'aime beaucoup la comparaison. Pourquoi pas revoir la nature humaine à quatre pattes ? Il est judicieux de se poser la question .


Un jour, la rose s'est refermée.

Comme un arbre qui grandit, fleurit et donne de jeunes pousses, je sens le parfum de l'amour, le parfum des vacances et le parfum du temps. Le jardin est triste. Les rosiers ont vécu quelques dizaines d'années laissant de nombreux souvenirs.

Les mésanges se sont envolées. Elles sont parties de leur plein gré. Il fait froid et noir dans la maison familial. Que reste-t-il ?


Le passé est une histoire à écrire. Françoise a écrit son histoire tirée de photos et de correspondances. Elle écrit avec le cœur, la foi et son propre jugement.

Ecrire pour se retrouver.


Ma conclusion : J'ai adoré tourner les pages, apprendre et supposer. Je fouille dans les lettres et je regarde les photos avec Françoise. Et je lui glisse à l'oreille : Nous avons tous une histoire. Pour qui et depuis quand ? Certainement avant notre apparition et elle se construit autour de nous. Ne sommes-nous pas les acteurs de notre propre vie ?

Pour se procurer le livre c'est ici ou ici




56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout